TABLE RONDE DE LA FFCEL DU 24 SEPTEMBRE 2013 : « MESDAMES, OÙ VA LE LUXEMBOURG ? » • Keep Contact
relations presse, relations presse luxembourg, relations publics, relations publics luxembourg, communication, communication luxembourg, diffusion communiqué de presse, diffusion de communiqué de presse luxembourg, luxembourg, agence de relations presse, relations médias, relations médias luxembourg, photographe, photographie luxembourg, monitoring, médias luxembourg, médias luxembourgeois, veille média, veille publicitaire, partenariat, community management réputation en ligne, made in luxembourg, dudelange
21708
post-template-default,single,single-post,postid-21708,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive
 

TABLE RONDE DE LA FFCEL DU 24 SEPTEMBRE 2013 : « MESDAMES, OÙ VA LE LUXEMBOURG ? »

TABLE RONDE DE LA FFCEL DU 24 SEPTEMBRE 2013 : « MESDAMES, OÙ VA LE LUXEMBOURG ? »

C’est l’intitulé du débat public qui s’est tenu le 24 septembre dernier à la Chambre de Commerce, à l’initiative de la Fédération des Femmes Cheffes d’Entreprise du Luxembourg (FFCEL). Une rencontre qui aurait tout aussi bien pu s’appeler « Mesdames, quels projets avez-vous pour le Grand-Duché ? » puisque l’ambition de ce rendez-vous était d’évoquer le futur du pays vu par des femmes qui ont en commun de s’investir dans les sphères économique et politique luxembourgeoises.

(de gauche à droite) Françoise Hetto-Gaasch, Ministre des Classes moyennes, du Tourisme et de l’Égalité des chances, CSV, Educatrice et ancienne Modératrice RTL ; Diane Adehm, CSV, Economiste, Députée ; Tess Burton, LSAP, Commerçante, Conseillère Communale ; Christine Schweich, LSAP, Avocate, Echevine ; Corinne Cahen, DP, Commerçante ; Maggy Nagel, DP, Secrétaire Communale, Bourgmestre ; Carole Dieschbourg, Déi Gréng, Artisan ; Françoise Folmer, Déi Gréng, Architecte
  

Autour de la table, ces représentantes de quatre grands partis (CSV, LSAP, DP et Déi Gréng) ont accepté pendant plus d’1h30 de se soumettre aux questions de la FFCEL et du public venu nombreux. 
 
Le débat, animé par Mme lnès Kurschat du Lëtzebuerger Land, a permis de mettre en lumière quelques-unes des facettes socio-économiques des différents programmes politiques. Logement, emploi, éducation, finances publiques, droit de vote des étrangers…. Les principaux dossiers qui animent la campagne électorale des législatives ont bien entendu étaient abordés et débattus. Mais il a également été question de l’implication du monde de l’entreprise dans les décisions politiques. Pour constater notamment que les entrepreneurs ne sont pas suffisamment nombreux à s’engager en politique, au sein de la Chambre par exemple, afin de peser également sur les décisions qui engagent le pays. Manque de temps et de disponibilité (il n’y a pas de « congé politique » pour le privé), nécessité d’afficher une certaine neutralité par rapport à la clientèle. Question de tempérament, peut-être, aussi, dans la mesure où le chef d’entreprise privilégie l’action aux longs débats et interminables négociations que peuvent susciter certains projets. Un mode de fonctionnement qu’il est important, là encore, tout le monde en convient, de faire évoluer pour plus d’efficience. Cela dit, les relations entre les sphères politique et économique existent et se renforcent. Chacun des partis a souligné son attachement aux associations, clubs de réflexion et autres organisations « professionnelles » qui s’attachent à faire remonter les commentaires et doléances des entrepreneurs, notamment ceux des patrons de PME qui sont en « prise directe » avec les réalités du terrain. Ce débat de la FFCEL s’inscrivait précisément dans cette logique d’échange d’informations.
 
L’initiative 
L’organisation de cette table ronde est liée à la volonté de la FFCEL de célébrer l’importance des femmes créatrices de richesses et d’emplois alors que débute la campagne pour les élections législatives. La vie politique et le monde économique sont étroitement liés. Les décisions prises par le futur gouvernement auront un impact direct sur les entreprises. À ce titre, les dirigeantes de la FFCEL ont souhaité provoquer le débat autour de grands thèmes comme le chantier de l’enseignement, l’environnement, la simplification administrative, le financement de la sécurité sociale, les charges de l’entrepreneuriat, la dépendance du Luxembourg vis-à-vis de l’économie mondiale.
 
A propos de la FFCEL 
Créée en 2004, à l’initiative de l’UEL (Union des Entreprises Luxembourgeoises) et du Ministère de l’Egalité des Chances, la FFCEL (Fédération des Femmes Cheffes d’Entreprise du Luxembourg) est constituée en asbl (association sans but lucratif). 
Son objectif : réaliser l’égalité des chances entre hommes et femmes dans l’environnement économique et social luxembourgeois. La FFCEL multiplie les manifestations et les opérations visant à promouvoir les femmes dans l’entrepreneuriat, à encourager l’accession des femmes à des fonctions dirigeantes et à influencer les sphères de pouvoir afin de promouvoir la vision politique et sociale de femmes créatrices de valeurs et d’emplois. 
Pour tout savoir sur la FFCEL : www.ffcel.lu
 
« Où va le Luxembourg ? ». La question reste posée. Mais l’ambition des « Femmes Cheffes d’Entreprise du Luxembourg » est de continuer à se mobiliser pour qu’il aille de… l’avant.
 
Contacts Presse
Keep Contact, Agence de relations presse & relations publiques
Tél. bureau : +352 26 67 26 56

Murielle Pignolet – GSM : +352 661 910 001 
murielle.pignolet@keepcontact.lu

Ludivine Plessy – GSM : +352 691 91 00 90
Email : ludivine.plessy@keepcontact.lu

Aucun Commentaire

Commenter